Interview de Kload, co-fondateur de Yunohost : un projet Open Source soutenu par Web4all

Yunohost

Vous le savez peut-être mais Web4all soutient des projets libres en mettant à disposition de leurs responsables des ressources (tel que des serveurs virtuels par exemple).

Si vous travaillez sur un projet libre et que vous avez besoin d’un petit coup de pouce, contactez nous via la page de contact de ce blog.

Nous vous avions déjà présenté le projet Shinken de supervision porté par Jean GABES Pour cette seconde présentation, nous allons vous parler de Yunohost, une solution d’auto-hébergement open-source avec Kload, son co-fondateur.

Peux tu nous présenter Yunohost, à quoi sert-il et quel est le public visé ?

YunoHost est une distribution GNU/Linux serveur, basée sur Debian et orientée « grand public« . Son but est de promouvoir l’auto-hébergement et d’en montrer les possibilités au plus grand nombre.

Comment vous est venu l’idée de démarrer ce projet ?

Nous avions déjà tous, entre initiés, nos propres serveurs, car nous travaillons dans le milieu et que les avantages sont évidents pour nous. Néanmoins nous avions chacun nos recettes de configuration plus ou moins avancées, et que j’étais pour ma part un bien piètre administrateur système . Il se trouve que Beudbeud s’était quant à lui proprement configuré un serveur (habilement nommé « beudibox »), et qu’il possédait des services et des applications web configurées autour d’OpenLDAP et de LemonLDAP::NG. Le tout était parfaitement fonctionnel pour les utilisateurs de son serveur, cependant il était nécessaire d’avoir des connaissances en LDAP pour administrer les utilisateurs et les domaines, le tout se faisant manuellement. Étant développeur web, je lui ai proposé de coder une petite interface pour gérer tout ça sans difficulté, et de fil en aiguille nous avons décidés d’en faire profiter tout le monde, car après tout si la configuration des services se faisait automatiquement et qu’il devenait simple de gérer utilisateurs et domaines, n’importe qui pouvait potentiellement utiliser ce système. Je profitais des configurations de Beudbeud, il profitait de mon interface web, et nous en faisions profiter tout le monde.

L’équipe de Yunohost est composé comment actuellement ?

À la base uniquement composée de Beudbeud et moi-même (Kload), l’équipe s’est désormais un peu élargie. NPZE est arrivé après la 2ème béta et travaille ardument sur le nouveau système d’application, Garoubeef et Dudumomo nous aident à gérer le support sur le forum ainsi que le wiki, Chris nous fait quelques traductions et Gdott9 contribue au développement à ses heures perdues. J’en oublie, mais l’engouement autour de la distribution est réjouissant pour la suite.

Je suppose que tu recherche encore du monde pour participer à ce projet. Quels profils en particulier ?

Nous cherchons toujours de nouvelles recrues, dans un premier temps nous avons besoin de développeurs python, puis nous aurons besoin de gens motivés pour la documentation/traduction, dans l’optique de créer un véritable guide d’utilisation.

Quelles sont les évolutions à venir ?

Nous sommes actuellement en plein développement de la 2ème version de YunoHost, prévue pour mars 2013. De nombreuses évolutions seront à noter et d’une manière générale la distribution sera plus cohérente. Nous allons notamment travailler sur le système d’application pour rendre la contribution aisée et permettre à tous les développeurs d’application web de pouvoir facilement adapter leur travail sur YunoHost.

La démo de Yunohost est hébergée sur un serveur mis à disposition par Web4all. Cela a pu t’aider dans ton projet ? C’est important pour des projets comme le tien de pouvoir être aidé par des structures telles que la notre ?

Je pense que la démo a été primordial pour l’accessibilité et la visibilité de YunoHost. Nous avons eu de gros pics de fréquentation, et sans l’aide de Web4all nous n’aurions pas eu de quoi garder une plateforme de démo disponible. Pour des petits projets sans financement qui acquièrent rapidement une grosse notoriété, il est très agréable de pouvoir compter sur des professionnels de l’hébergement pour maintenir un site communautaire. C’est un acte très généreux de la part de Web4all et j’espère que ce genre d’initiatives les tireront vers le haut. Ils le méritent.

Un petit mot pour la fin

Nous serons présent au FOSDEM 2013 les 2 et 3 février à Bruxelles où nous présenterons probablement une première bêta de la version 2 de YunoHost. N’hésitez pas à venir nous voir !

Longue vie au libre

Kload
Cofondateur de YunoHost

 

Merci à Kload pour ses réponses. N’hésitez pas à réagir dans les commentaires si vous avez des questions à lui poser.

Et pour finir, le site internet de Yunohost : http://yunohost.org/?lang=fr et la démo de Yunohost hébergée par Web4all : http://yunohost.org/demo/?lang=fr

Web4all Yunohost
Web4all Yunohost
Web4all Yunohost

Interview de Jean Gabes, créateur de Shinken : un projet Open Source soutenu par Web4all

Shinken

Vous le savez peut-être mais Web4all soutient des projets libres en mettant à disposition de leurs responsables des ressources (tel que des serveurs virtuels par exemple).

Si vous travaillez sur un projet libre et que vous avez besoin d’un petit coup de pouce, contactez nous via la page de contact de ce blog.

Nous allons donc vous présenter ces projets. Pour cette première nous commencerons par une interview de Jean GABES, le créateur de Shinken, un outil de supervision Open Source.

Peux tu nous présenter Shinken, à quoi sert-il et quel est le public visé ?

Shinken est un outil de supervision générique. Réécriture complète du logiciel Nagios qui est la référence en la matière de ces 10 dernières années, il étends ses possibilités à la supervision distribué avec une montée en charge totalement linéaire ou la possibilité de définir des indicateurs de disponibilité pour les applications « importantes » des utilisateurs.

 

Qu’entends tu par indicateur de disponibilité ?

Ces derniers permettent de définir des règles métiers pour vos services rendus aux utilisateurs, avec des ET et des OU sur des services classiques, et ainsi fournir une vue synthétique aux responsables ou à vos clients.

 

Web4all utilise aujourd’hui Nagios / Centreon. Si tu devais persuader les admins de Web4all a basculer sur Shinken, que mettrais tu en avant ? Quels seraient les avantages et les inconvénients ?

La règle est assez simple, si Centreon réponds déjà à vos besoins, ne touchez à rien.
Si par contre vous commencez à avoir des problématiques de distribution de charge, d’un besoin d’une interface qui corrèle automatiquement les informations pour ne voir que ce qui vous intéresse ou bien un module de découverte inclus dans l’outil comme dans la version à venir de Shinken, vous pouvez commencer à regarder ce dernier.

 

Pouvoir attaquer de l’extérieur des serveurs dans une DMZ sans faire de NAT n’est pas possible avec Nagios il me semble mais l’est avec Shinken, non ?

Effectivement, si vous avez quelques zones DMZ qui trainent et que mettre en place une connexion entrante sur votre réseaux ne vous tente gère, faites plaisir à votre RSSI, et regardez de plus près Shinken.

 

Lors de l’interview sur le blog de Nicolargo en août 2011 vous étiez près d’une dizaine a travailler autour de ce projet. Où est en le projet aujourd’hui en terme d’équipe ?

Ça continue de progresser, et sur 2012 on tourne entre 12 et 16 contributeurs réguliers par mois, avec au total une 50aine sur les 12 derniers mois!

 

Je suppose que tu recherche encore du monde pour participer à ce projet. Quels profils en particulier ?

Oh oui, il y a toujours de la place et toute aide est la bienvenue.

Les manques les plus criants sont ceux qui tournent autours de la rédaction de documentation ou la gestion du site du projet même si ces points s’améliorent avec le temps. Côté code, si les modules d’export de données n’ont pas de soucis pour trouver des contributeurs, c’est moins le cas pour la partie d’interface graphique où nous sommes déjà beaucoup moins à nous aventurer, alors qu’il y a de belles problématiques « d’expérience utilisateurs » sur cette partie.

 

C’est donc une belle progression à la hauteur de ce projet ! Quelles sont les évolutions à venir ?

Ah si on m’avait annoncé un tel engouement lorsque j’ai lancé les premières lignes de la preuve de concept qui a donné ce projet au final, j’aurai crié au fou.

Le projet évolue autant que le monde de la supervision en lui même. Cette dernière doit s’adapter sans cesse aux changements de fonctionnement de l’informatique en 2012 et après. Si les problématiques de montée en charge et de gestion de la disponibilité font désormais parties du passé avec Shinken, il reste encore bien des défis. Un effort important est en cours sur la mise en place simplifiée de l’outil, et surtout le rajout de nouveaux serveurs ou équipements dans l’outil. Le module de découverte arrivant à maturité avec son interface de configuration « web » dans la dernière version. Le prochain défi sera celui de la corrélation avancée, avec par exemple le calcul automatique d’indicateurs au sein même de l’application, mais pour ça, il va falloir attendre quelques mois encore pour avoir une version complète, même si une première brique est arrivée avec la version 1.2.

 

Un module de découverte pour infrastructure virtuelle est prévu ? Pouvoir se plugguer sur un vCenter, HyperV, Xen… et récupérer en permanence l’inventaire ou ce n’est pas du tout dans les prévisions ?

En fait pour VMware ça existe déjà, et pour les autres c’est très facile à adapter. Il peut ainsi lister les machines virtuelles, mais également créer automatiquement les liens de dépendances entre elles et les hôtes physiques où elles sont. Ainsi si un serveur tombe, l’administrateur n’aura qu’une seule erreur et non pas une 30aine. Si l’administrateur bouge la machine, ce sera détecté et mis à jour automatiquement

 

La démo de Shinken est hébergée sur un serveur mis à disposition par Web4all. Cela a pu t’aider dans ton projet ? C’est important pour des projets comme le tien de pouvoir être aidé par des structures telles que la notre ?

Oh que oui, d’ailleurs c’est le second lien le plus cliqué sur le site du projet après celui des captures d’écrans. Mine de rien, ce n’est pas évident pour un projet comme le notre, qui n’est pas porté par une société commerciale, d’avoir accès à une telle ressource.

 

Un petit mot pour la fin

Encore merci à Web4all pour l’aide, et si au hasard votre Centreon montre ses limites, n’hésitez pas, on connait un autre outil de supervision pas trop mal ici 😉

 

Merci à Jean pour ses réponses. N’hésitez pas à réagir dans les commentaires si vous avez des questions à lui poser.

Vous pouvez retrouver d’autres interview plus complètes et orientés technique ainsi que divers articles sur Shinken sur l’excellentissime blog de Nicolargo.

Vous pouvez également le retrouver sur Twitter.

Et pour finir, le site internet de Shinken : http://www.shinken-monitoring.org/ et la démo de Shinken hébergée par Web4all : http://demo-shinken.web4all.fr